Cdiscount mise sur la réalité augmentée avec Augment

La réalité augmenté sera une des tendances principales de ces prochaines années, on voit avec Augment comment cela va pouvoir se traduire dans le business. Mais, on sent déjà les prémices de cette (r)évolution. Les grandes manoeuvre ont commencées et c’est Apple qui mêne la danse avec son VRKit dévoilé il y a quelques mois, qui a eu pour conséquence l’abandon par Google de son projet TANGO (3 ans de dev) pour se caler sur les standards de la firme de Cupertino. Et cela continue avec lancement de l’ iPhone X et ses animoji ou ses emoji personnalisables, SNAP a du soucis à se faire ….

A l’occasion du congrès LSA Retail Tech, organisé le 12 septembre sur Paris, Cdiscount et la start-up Augment sont revenus sur leur partenariat. L’e-commerçant mise sur le savoir de la jeune pousse en termes de réalité augmentée pour que le client puisse estimer la taille réelle du produit via l’application.

L’application mobile Cdiscount dispose d’une fonctionnalité sur certaines fiches produits pour voir la référence en réalité augmentée.

Pour un e-commerçant, limiter les retours est un impératif, particulièrement pour les produits encombrants. Face à cette problématique, Cdiscount a notamment travaillé en collaboration avec Augment, spécialiste de la réalité augmentée. Ce service permet aux clients d’estimer l’encombrement d’un produit en faisant une projection dans l’univers réel.  Le premier test a notamment été fait avec le groupe Seb et son produit Cookéo. Un bouton a été ajouté sur la fiche produit. Le client doit d’abord scanner un billet afin de donner une échelle au système. Le produit apparaît ensuite sur l’écran.

 

Augment travaille sur sa technologie depuis 2012, mais  » le retail n’était alors pas prêt, précise Jean-François Chianetta, CEO de la start-up. En 2015, nous avons recontacté CDiscount et un premier test a été finalisé fin 2016.  » Test donc fait à l’origine avec Seb, mais le succès a poussé l’enseigne à étendre cette fonctionnalité à d’autres produits.  » Plusieurs centaines voire des milliers », précise Arieh Ghnassia, global digital manager pour le groupe Casino. Le dirigeant ne dévoile en revanche aucun chiffre précis quant aux ventes générées. Il souligne simplement que ce service permet d’apporter plus de valeur à l’application mobile et que l’engagement du client se révèle plus fort.

Et pour le dirigeant de la start-up, si ce service se limite pour le moment aux produits gros ou chers, « demain, tous les produits devront être en réalité augmentée. Apple, Facebook ou encore Microsoft ont fait de grandes annonces sur cette technologie », pointe Jean-François Chianetta.

Source : LSA

 

Carrefour teste la réalité virtuelle dans ses magasins… en Roumanie

VR? Vous avez dit VR ? Je ne sais pas si CARREFOUR communiquera sur les retours réels en terme de vente de ce type d’initiative ! Mais si on intègre que c’est la marque (d’assurance) qui porte l’expérience et qu’elle est suffisamment « spectaculaire » pour faire le BUZZ, c’est pour moi donc déjà une excellente idée à benchmarker à l’heure où les magasins reviennent aux principes d’animation « instore ». Bravo aussi à l’agence Creative Space Lab.

Carrefour a proposé à ses clients de Bucarest de tester un jeu en réalité virtuelle. Objectif du dispositif : augmenter la notoriété d’un produit d’assurance de téléphonie mobile contre la casse et le vol, proposé par BNP Paribas Cardif.

Partenaire du salon Innorobo, qui s’est tenu du 16 au 18 mai 2017, Cardif’ Lab, le laboratoire d’innovation de BNP Paribas Cardif, mettait en avant ses dernières expérimentations. Etonnamment, aucune démonstration ne relevait vraiment de la robotique. Une expérience en réalité virtuelle a toutefois attiré notre attention.

 

Développé avec l’agence lilloise Creative Space Lab, le jeu a été déployé dans un magasin Carrefour de Bucarest en Roumanie, où le distributeur, partenaire de BNP Paribas Cardif, commercialise une assurance de téléphonie mobile contre la casse et le vol.

 

La VR pour accroître la notoriété d’un produit en magasin

Une fois le casque de réalité virtuelle vissé sur la tête, l’utilisateur est plongé dans un univers bucolique… puis se fait surprendre par une attaque d’astéroïdes. Il doit alors se défendre (lui et son portable) avec l’aide d’un bouclier. S’il choisit de s’équiper d’une assurance, il dispose d’un bouclier beaucoup plus imposant et d’une ressource de vies supplémentaires… et sauve ainsi son smartphone. Le scénario du jeu n’a, bien sûr, vraiment rien d’exceptionnel, mais sa réalisation est suffisamment réaliste pour que les curieux se prennent au jeu.

 

Un tel dispositif suffit-il toutefois à augmenter les ventes du produit d’assurance en magasin ? « L’objectif était avant tout de faire connaître ce produit d’assurance, de faire en sorte que les clients sachent que cette assurance est disponible chez Carrefour », répondent les équipes de Cardif’ lab. « C’était aussi un moyen de créer le buzz sur la marque BNP Paribas Cardif, car nos produits sont souvent distribués en marque blanche. Or dans ce cas, notre logo était bien présent sur le stand d’animation », reconnaissent-elles. Une nouvelle opération de marketing donc, mais qui pourrait faire des émules. Le dispositif devrait bientôt être déployé dans des magasins Carrefour… en Argentine !

Retrouvez la vidéo

Source : Usine Digitale